Ce bateau, c'est 15 ans de rêve, 10 ans d'économies et 5 mois de recherches intensives.

HISTORIQUE

1er propriétaire :

1979-1991 : Mr Claude Girard de Neuilly sur Seine (FR) qui l'a fait construire en 1978 au Chantier CNSO (Chantier Naval du Sud-Ouest) et mis à l'eau en 1979. Il l'a appelé 'YEMENI ADVENTURES', en référence à ses activités au Yemen. Dès l'achat, il a procédé à des améliorations comme l'anodisation des mâts (envoyés en Suisse pour l'occasion), le placement d'un groupe électrogène, remplacé depuis et l'installation, en 1985 en Floride, de la climatisation. L'ajoût du pilote Autohelm 7000 date aussi de cette époque. Il a navigué en Méditerranée (côte française, Corse, Sardaigne, Sicile, Tunisie, Espagne, Maroc, Grèce, Turquie) et aux Antilles, au Venezuela, aux Turks et Caicos, aux Bahamas et en Floride (Fort lauderdale). En 1991, le bateau a été ramené en France pour être vendu.

2ème propriétaire :

1991-2008 : Mr Frédéric d'Allest de Meudon (FR). Le bateau s'est appelé "MARINES". Mr d'Allest a beaucoup voyagé avec le bateau : plusieurs transatlantiques, Etats-Unis, Açores, Caraïbes, Vénézuela, Cap Vert, Méditerranée, Mer Rouge, Mer Baltique, Norvège, Spitsberg, îles Shetland, îles Orcades, Ecosse, Irlande. Son port d'attache était Le Crouesty, en Bretagne Sud.

3ème propriétaire :

2008-2010 : Mr Edmond Serillet, ancien propriétaire d'un chantier naval à Toulon (FR) et ayant déjà possédé un Mikado, échoué et perdu aux Antilles. Il a racheté celui-ci au Crouesty et l'a ramené à Toulon, avec le projet de l'équiper à son goût pour repartir en grande croisière. C'est lui qui a placé le portique avec les panneaux solaires et la casquette, pour remplacer la capote. Il l'a renommé "TUBALCAIN". Il est malheureusement décédé avant d'avoir pu finaliser ses aménagements et de repartir.

La recherche :

C'est la fille de Mr Serillet, Véronique, qui a mis le bateau en vente à Toulon. Une aubaine pour nous! Nous étions sur la piste de plusieurs Mikado depuis des mois. Après de nombreuses séances sur Internet, une quantité invraisemblable de mails, et quelques visites de défrichage, nous avions fixé nos préférences sur deux bateaux : l'IRWIN 52, un bateau de grande croisière américain, de grande diffusion aux Etats-Unis et le MIKADO, "le" bateau de grande croisière français des années 80 (ce qui ne nous empêchait pas d'en voir d'autres pour enrichir notre palette d'expériences). En quelques mois, nous avions localisé les bateaux dans les pays limitrophes de la Belgique et fixé des rendez-vous avec tous les vendeurs. Il fallait encore trouver le temps de faire toutes ces visites. De nombreux week-end prolongés y ont été consacrés : la Hollande, la Bretagne, la Vendée, la côte d'Azur, ...

L'achat :

Et puis, lors d'une de ces visites (à Toulon), dans le froid piquant d'un mois de février 2010 glacial, le courtier local nous annonce qu'en plus du bateau que nous avions programmé de visiter, il en a un autre à nous présenter, qui vient d'arriver sur le marché. Il avait vu une petite pancarte affichée sur "TUBALCAIN", sur les pontons de la Vieille Darse.
L'affiche 'à vendre' sur le bateau

Dans le TGV du retour vers Bruxelles, les réflexions ont fusé, les tableaux de comparaison se sont remplis, les discussions ont été vives...
La certitude venait : C'EST LE BON !
Puis le doute : n'est ce pas trop tôt? Y-a-t'il un défaut que nous n'aurions pas vu?
Il fallait conforter notre choix. Une deuxième visite avec un ami (Marc) qui avait fait un tour d'Atlantique en année sabatique. Mme Serillet nous autorise à loger sur le bateau pendant notre séjour à Toulon : quelle bonne occasion de faire connaissance avec tous les aspects cachés du bateau. Et il y en a sur un aussi grand bateau, si complexe avec tous ses équipements.



L'expert en train d'examiner la mâture
Puis l'étape indispensable de l'expertise avec mise à sec de la coque pour examen et analyse du risque d'osmose. Un expert très consciencieux qui donne de nombreux conseils pour l'entretien, qui monte dans le mât et qui fait soigneusement analyser l'huile du moteur en laboratoire..

On est au mois de mai quand les choses se confirment enfin : on est d'accord sur le prix et les conditions de la vente.

on sabre le champagne avec Christian et Dominique après la signature du contrat

Le 14 MAI 2010, le contrat est signé et le champagne débouché à bord avec Christian et Dominique,
de passage à Toulon !






Les travaux (mai 2010-mai 2011) :

Quatre priorités ont été définies d'emblée :

La sécurité :

Les gilets gonflables, les bouées 'fer à cheval', les lampes à retournement, les fusées, le bib de sauvetage, le réflecteur radar, les extincteurs, la balise Cospas/Sarsat : tout a été vérifié, remplacé ou révisé (soit à Toulon, soit à Bruxelles).

Le moteur :

Une double vidange a été réalisée par un mécanicien à Toulon, en même temps qu'un contrôle général, un remplacement des filtres (huile et diesel) sur le moteur ainsi qu'un contrôle de l'inverseur. Les deux batteries de démarrage ont été remplacées. En novembre, un hivernage a été réalisé par un mécanicien pour nous montrer la manière de faire, la première fois (après, on le fera tous seuls).

Les voiles :

La soute à voile contenait un nombre impressionnant de sacs remplis de voiles. Il a fallu tout sortir et tout trier, pour ne garder à bord que les voiles les plus récentes et libérer de la place. Heureusement, le précédent propriétaire avait fait fabriquer un nouveau jeu de voiles quasi complet. Ainsi, la vieille trinquette a été jetée et remplacée par la neuve. Le vieux génois a été jeté et le nouveau gardé en place. La grand voile est restée en place (encore bonne) et la neuve est dans le grenier à Bruxelles. Même chose pour l'artimon. Sont restés à bord, dans la soute à voiles : le yankee, le tourmentin et les deux spis.

Le pont et la coque :

Quelques vernis à refaire, comme l'entrée et la 'boîte à gants'.

Les montants de l'entrée, démontés et poncés L'entrée après vernissage (encore 
					     les bouchons de teck à remettre) la 'boîte à gants' revernie

Jusque là, on rigolait. Maintenant, les choses sérieuses commencent ! Au moment de la mise à sec pour l'hiver, un ami (Fabrice), venu nous aider à déplacer le bateau vers son nouveau port d'attache (on avait quand même un peu peur des manoeuvres avec un 'bac' pareil), nous signale que les joints du pont en teck sont à refaire AVANT L'HIVER, faute de quoi, l'eau va s'infiltrer en dessous et le faire éclater. Devis demandé au port : 12.600 EUR, sans compter le hangar et la grue. Hum! je crois qu'on va s'y mettre (apprendre, acheter les bons outils et se lancer).

Le Sika placé dans les joints Quelques joints en détail Le bateau est mis à sec pour les travaux

Il y a 600m. de joints sur le pont et 200m. sont à remplacer : 400m. d'autocollant bleu, 24 cartouches de Sikaflex 290DC et beaucoup d'heures de travail (parfois sous une bache sous la pluie de novembre) à genoux et dans le froid de l'automne et l'affaire fut faite ! ('blood, sweat and tears' !)

La coque avec ses zones à traiter au gel-coat

Reste la coque : 200 points à traiter : coups, rayures, petits trous dans la gel-coat. Entourer les points avec de l'autocollant, enduire, poncer, poncer, poncer encore, ... puis polisser. Résultat :

Le résultat après tant d'efforts Ca brille après le polissage

Et sous la ligne de flottaison, une couche de primaire et deux couches d'anti-fooling. Remplacement des anodes (Max-Prop et autres) et le bateau est prêt à naviguer pour sa nouvelle saison.

La coque prête à naviguer L'anode Max-Prop sur l'hélice Les anodes sur le safran

Quelques 'détails' :

Le WC de la cabine propriétaire fonctionnait avec une pompe électrique; le genre de truc qui tombe en panne et qui ne sert à rien. On l'a remplacé (moyennant adaptation de l'embase, merci Philippe) par une pompe manuelle. Quant à l'atelier, il était dans un désordre indescriptible et le groupe électrogène qui s'y trouve avait besoin de soins : sa batterie a été remplacée, sa vidange faite, ses filtres remplacés et son capot a été découpé en deux parties pour pouvoir l'ouvrir plus facilement (ce qui, dit par parenthèses, a nécessité le démontage de tout l'atelier). Le tuyau d'échappement du chauffage a été remplacé par la même occasion (il fumait dans le bateau, ce qui n'a rien d'agréable...)

L'ancien WC avec sa pompe électrique Le WC avec sa nouvelle embase adaptée Le groupe électrogène avec son capot découpé Le départ du tuyau en dessous du chauffage

Les navigations de l'été 2011 :

Le bateau a beaucoup navigué durant l'été 2011 (voir le chapitre 'Les voyages') : fin de l'hivernage à Port-Saint-Louis-du-Rhône, quatre mois de navigation sur la côte française, la Corse et la Sardaigne. De nombreux équipiers (47 exactement) se sont succédés à bord (voir le chapitre 'Les embarquements') et tous ont donné un coup de main utile pour les entretiens, les opérations de maintenance et les améliorations. Merci à eux tous !

Brigitte et Lydia en Sardaigne Pascal en traversée vers la Corse Claire à Calvi Phil et Vincent au boulot Les îles Lavezzi en canot Martine à la couture Pascal et Jean-Pierre à l'entretien du moteur

Les travaux (mai 2011-mai 2012) :

Pendant ces nombreuses navigations de l'été 2011 :

Le tableau arrière a été repeint et le nom du bateau a été enfin placé

La connexion a été réalisée entre la table à cartes et l'écran extérieur, ce qui permet, non seulement d'avoir la copie du GPS traceur dans le cockpit, mais aussi de regarder, dans le cockpit, des films qui tournent sur le PC (!)

hierry en plein travail Le nom du bateau en cours de collage L'écran extérieur pour le GPS et le PC

Le 2ème GPS a été raccordé. Il y donc un GPS de secours, en cas de panne

Des couvre-écoutilles ont été fabriqués pour protéger lors de l'hivernage (au même titre que les couvre-winches)

Le régulateur des panneaux solaires a été remplacé, car il avait été inondé par une vague qui est passée par le hublot de l'atelier

Un couvre-hublot pour protéger de la pluie

Après de longues recherches, des couvre-hublots ont été trouvés

et collés au-dessus des 13 hublots qui s'ouvrent, afin de pouvoir

les laisser ouverts, en aération, même en cas de risque de pluie




Les pompes de cale (électrique et manuelle) ont été rénovées et munies de filtres, avec une vanne soit vers la cale, soit vers la gatte moteur

L'entretien des winches a commencé (on a bien dit commencé, il y en a 2 de faits sur les 10; cela prend 2 heures par winches, faites le compte !)

Deux 'bumper' ont été placés sur la plate-forme arrière, pour amortir les éventuels chocs avec les quais à l'amarrage

Philippe devant son oeuvre : les filtres L'intérieur du plus gros winch (taille 66) Les 2 'bumper' sur la plate-forme arrière

Une protection en inox (fabriquée par Edmundo) a été placée sur la delphinière pour la protéger de la remontée de l'ancre

Le relais du guindeau a été remplacé, suite à une panne sérieuse

Tous les cordages du pont ont été raccourcis à leur longueur utile et surliés, grâce aux bons soins de Pierrot

La protection en inox de la delphinière

Des marches en teck ont été façonnées pour l'échelle de bain, pour que les petits pieds des baigneurs ne souffrent plus

La descente arrière a été démontée entièrement et revernie

Les marches en teck prêtes à être placées La descente arrière revernie

Et puis, durant la saison, deux incidents graves sont arrivés et il a fallu trouver des solutions localement :
-le couplage entre le moteur et l'hélice s'est rompu lors d'une manoeuvre de port et
-le démarreur a refusé de fonctionner un matin

L'arbre d'hélice et le moteur séparés l'un de l'autre Le démarreur démonté

Heureusement qu'il y a des ouvriers honnêtes et compétents en Sardaigne. On est resté bloqués quelques jours à chacune des pannes, mais on a pu repartir (en laissant quand même un paquet de sous derrière nous pour les réparations !)


Pendant l'hiver 2011-2012 :

Puis l'hiver a commencé, le bateau est resté à quai à Calasetta (son nouveau port d'attache jusqu'au printemps).
Une petite semaine de travail en novembre et voilà la liste qui s'allonge :

-un nouveau taud de soleil a été fabriqué avec des parois verticales enroulables pour couvrir le cockpit (et sa table où il est agréable de manger quand il fait chaud)

-une ligne de vie a été cousue pour avoir un point d'attache quand on travaille sur le pont arrière par gros temps

-un test a été fait sur les éclairages pour commencer la conversion vers les LED's

-dans la cabine avant, une extension est placée entre les deux couchettes pour former, si nécessaire, une couchette double (il faut encore faire fabriquer les coussins ad-hoc)

Le nouveau taud (pas encore bien ajusté) vu du cockpit La nouvelle ligne de vie en cours de placement L'extension de la couchette avant

-la cabine propriétaire a connu une rénovation complète : mise à neuf des plafonds, vernis des planchers, peinture des cloisons, placement de LED dans le plafond et interrupteur, placement d'une prise 12V pour les GSM, ...

Le plancher après 7 couches de vernis La nouvelle déco Le nouvel éclairage à LED La prise 12V nouvelle, entre la prise 220V et l'emplacement du futur spot de lecture Le nouveau spot de lecture

Une deuxième semaine de travail en janvier 2012 et quelques nouvelles améliorations.

La cabine babord a, elle-aussi, connu sa rénovation complète, sur le modèle de la précédente (mais dans une autre couleur)

Les rayures de cloison, vertes et blanches Les éclairages LED dans le plafond Les rayures de cloison, vertes et blanches Le plancher verni (7 couches)

Enfin, au mois de mars 2012, la troisième cabine (la cabine avant) a été rénovée (couleur bleue, LED, prise 12V et 220V, etc...). Un complément de couchette amovible (planches et coussins) a été ajouté au milieu pour former une couchette double.

Les rayures de cloison, bleues et blanches Le complément de couchette amovible Avec ses coussins L'ensemble vu de la pointe Les coussins rangés Les planches rangées Les spots LED de tête de lit

Les navigations de l'été 2012 :

Le bateau a encore plus navigué durant l'été 2012 (voir le chapitre 'Les voyages') : Sardaigne, Sicile, Malte, Sud de l'Italie, Grèce (Corfou-Lefkas), Albanie, Montenegro, Croatie : 5 mois au total, 19 semaines de navigation en équipage, 52 équipiers en tout. Et d'autres travaux (outre les opérations de maintenance, d'entretien et de réparation) ont aussi été entrepris durant ces navigations

-Led's installés dans la coursive

LED dans la coursive

-Ligne de récupération d'homme à la mer (80m de corde flottante) installée sur enrouleur sur le pont arrière

Ligne de vie jaune à l'arrière

-Révision de 13 winches du pont

Winch en entretien Winch en entretien Winch en entretien

-Remplacement du démarreur du moteur

-Remplacement des deux alternateurs du moteur principal

Les alternateurs (ancien et nouveau)

-Réfection de la pièce d'accouplement du moteur et de l'arbre d'hélice (le tourteau)

Le tourteau Le tourteau Le tourteau

-Installation des 2 écrans plats (à la table à cartes et dans le carré) pour projection de films à partir du PC de la table à cartes

L'écran plat du carré

-Installation de haut-parleurs extérieurs, restauration des 3 hauts-parleurs intérieurs et connexion avec le PC pour le son des films

-Révision de l'hélice d'étrave (étanchéité des circuits, joy-stick de commande, ...)

-Conditionnement d'air et chauffage remis en route.

En début de saison 2013 :

Le bateau était stocké à sec sur un chantier à Port Mahon, sur l'île de Minorque (Baléares) et sa position sur ber a été l'occasion de travaux qui ne peuvent se faire dans l'eau (et aussi d'autres travaux)

-Stratification de la quille à l'endroit d'un choc la saison dernière

stratification de la quille

-Déjaunissage de la coque et, bien sûr, antifooling

La coque en cours de déjaunissage Après déjaunissage La coque avant l'anti-fooling Coque avec anti-fooling Coque avec anti-fooling

-Remplacement de 3 vannes de coque et d'un passe-coque

Passe-coque vu de l'intérieur Le trou avant le placement du passe-coque

-Remplacement des 6 batteries de service (elle pèsent chacune 38 kilos !!!)

Les 6 batteries anciennes sur le pont Les batteries enfin descendues sur la quai

-Rénovation de la salle-de-bain tribord

La salle-de-bain en cours de travaux La salle-de-bain finie

Les navigations de l'été 2013 :

Le bateau a navigué 2 mois autour des îles Baléares et de la côte espagnole : Minorque, Majorque, Ibiza, Formentera puis Alicante, Valence, Tarragone, Barcelone et Cadaques, pour terminer dans le golfe du Lion par Colliure puis Cap d'Agde. 9 semaines de navigation, 23 équipiers et peu de travaux réalisés durant les navigations. A part les opérations de maintenance et de vidange et divers remplacements de filtre, un transformatur 24V/12V a été installé dans l'atelier pour alimenter la radio et la Tv du carré.

Durant l'hiver 2013-2014 :

Le bateau est stocké à sec à Agde, sur l'Hérault (plus précisément au Grau d'Agde, au chantier Allemand).

-Rénovation de l'hélice d'étrave : le moteur et les pignons de l'acienne hélice Max Power, rétractable et hydraulique, étaient totalement corrodés. Un remplacement s'est avéré nécessaire, après renvoi de l'ensemble à l'usine en Italie. Une nouvelle hélice plus simple (électrique uniquement) est installée par le chantier. Elle nécessite une transformation de l'étrave et le percement d'un tunnel transversal.

L'hélice dans le nouveau trou de la coqueD L'hélice avant peinture L'hélice après peinture

-Nettoyage du réservoir et des circuits de mazout pour éliminer les bactéries : le mazout a été transféré dans une citerne extérieure, la cuve entièrement vidée des boues du fond puis nettoyée à la vapeur et le mazout filtré a été pompé à nouveau dans la cuve. Les durites et alimentation du moteur et du groupe électrogène ont été changées, par sécurité.

Préparation du travail Le matériel de pompage La cuve enfin propre Le mazout filtré et remis en place

-Rénovation de la salle-de-bain babord : peinture des cloisons et du fond, remplacement du lavabo et de la robinetterie, nouveau socle polyester pour le WC, nouvel éclairage et nouveau miroir.

La salle-de-bain babord Assortie à la cabine

-Rénovation de la coursive des cabines : peinture des cloisons, vernissage des planchers et des encadrements de portes.

La coursive avant travaux La coursive en cours de travail La coursive terminée

-Réparation des tuyaux de pulsion de l'air du chauffage

-Eclairage extérieur du cockpit : 4 Led's ont été fixés au plafond du cockpit pour l'éclairage de la table.

-Remplacement du compresseur de la glacière : un nouveau compreseur a été placé sous la cuisinière pour remplacer l'ancien système situé dans la salle machine. Le système de refroidissement à eau de mer a été abandonné pour un échange à air. Le nouveau compresseur et son échangeur à ventilateur peuvent atteindre -17°C et donc faire fonctionner la glacière en congélateur. Un double thermostat permet le choix.

-Cuisine : un nouvel éclairage par 4 Led's au plafond et peinture en blanc des horribles plaques de cuivre martélé des parois et armoires.

L'éclairage LED La cuisine 'new look'

-Installation d'une machine à laver le linge : un vieux rêve pour l'autonomie ! Pouvoir laver le linge à bord et ne plus dépendre des laveries parfois difficiles à trouver dans les ports. Dans l'armoire à cirés à côté de la cuisine, il y avait la place et la disponibilité proche des connexions électriques (220V) et sanitaires (adduction et évacuation).

La machine dans l'ancienne armoire à cirés

-Installation d'une nouvelle jauge pour la cuve à mazout.

Les navigations de l'été 2014 :

Le bateau est reparti de Cap d'Agde vers la mer Egée. Un grand convoyage de 1.250 milles en passant par les îles Lavezzi, entre la Corse et la Sardaigne, Scylla dans le détroit de Messine et Zakinthos dans les îles Ioniennes puis la côte Est de la Grèce. Une saison complète en mer Egée en partant de Volos vers l'Est et le Sud, en tâchant de garder toujours le Meltem dans le dos. Les Sporades du Nord (Skiathos, Skopelos, Alonissos) puis les Sporades de l'Est (Chios, Lesbos et Ikaria), les Cyclades (Mykonos, Tinos, Siros, Paros, Naxos, Amorgos, Ios, puis Santorin et Astipalia) et, enfin, le Dodécanèse (Kos, Nisiros, Patmos, Leros et Kalimnos). Et enfin, un convoyage de retour de Kos à Volos (250 milles), contre un Meltem agressif qui devait, en principe s'être calmé en fin de saison... 13 semaines de navigation et 48 équipiers pour un secteur de navigation inépuisable !

Quelques travaux ont été réalisés pendant la navigation :

-placement d'un nouveau sondeur : le cable doit être continu entre le sondeur et la centrale de navigation. Il faut donc utiliser l'ancien fil pour passer le nouveau et, pour ne pas faire de sur-épaisseur, coudre les deux fils ensemble...

Couture des deux fils Et ça tient...

-rénovation de la pompe d'adduction d'eau : démontage et nettoyage complet de l'impeler métallique

L'impeler de la pompe

-finalisation de l'éclairage du cockpit

-nouvelle VHF

-nouvelles amarres

Revenant du magasin...

-nouveaux feux de navigation : malgré leur solidité, ils n'ont pas résisté aux attaques violentes des vagues durant le convoyage de retour vers Volos.

Durant l'hiver 2013-2014 :

Le bateau est stocké à sec à Volos. Des travaux sont demandés au chantier :

-réparation des voiles décousues ou abimés durant la saison

-remplacement du dinghy qui s'est échappé pendant la tempête du convoyage de retour

-réparation du liston arrière, de la fixation de la passerelle et du chaumard arrière tribord

-détection de pannes et réparation dans le circuit 220V et l'airco

-remplacement de pièces d'accastillage cassées : attache de l'enrouleur Profurl, réa Goïot de l'écoute de génois babord, poignée soute à voiles

-galvanisation de la chaîne d'ancre

-fabrication d'une protection pour le passe-fil du mât d'artimon

-entretien du bib de sauvetage


Et des travaux seront effectués par moi-même :

-joints de pont

-éclairage LED du carré

-peinture du coin 'table à cartes'

-et, peut-être, amélioration de l'ergonomie de la cuisine

Haut de pageRetour hau de page